top of page
  • Feriel

APARIGRAHA - le non-attachement



Avez-vous parfois peur de perdre ce que vous avez (un objet, une maison, un proche, un travail, un statut, etc.) ?

L’enseignement du yoga avec ce dernier Yama des yoga sutra de Patanjali, invite à se préoccuper de l’action et non du fruit de l’action. Une nuance très importante pour garder en soi le bonheur quelque soit le déroulement des évènements.

En amour cela se manifeste par l’acceptation du bonheur de l’autre, tel qu'il soit. C’est à dire accepter (par pure amour inconditionnel) que l’autre soit plus heureux sans nous, loin de nous, avec des conditions de vie différentes des nôtres, etc. et ce sans que cela n’ait d’influence sur l’amour que nous éprouvons à leur égard, ni sur nôtre propre bonheur. C'est réussir à avoir aucun attachement vis à vis de ce que nous pensons être bon/juste/mieux pour l'autre. En réalité, c’est plutôt de ne rien espérer pour l’autre et de l’apprécier/l'aimer tel qu’il est avec ces choix.

Dans nos maisons, le non-attachement se manifeste par l’appréciation de ce que l’on possède tout en étant prêt à le perdre. C’est la compréhension que notre bonheur ne réside pas dans l'accumulation ni dans la conservation d'objets. Apprendre à donner des choses auxquelles on tient aide à pratiquer le détachement matériel.

En yoga asana (postural) on peut apprendre à se détacher du rendu d’une posture par exemple, ou se détacher de l’image de nous même que l’on souhaite transmettre aux autres. Il est alors interessant de se demander ce qui motive cette envie parfois si forte de prendre une posture qui nous le savons va au delà de nos capacités, cette envie d'être plus fort(e), plus souple, plus stable ... Se détacher du résultat revient à accepter avec joie notre capacité à faire ce que l’on peut à l’instant T sans jugement ni frustration.

Assez paradoxalement à première vue, le non-attachement peut être source d’abondance. En effet, à partir du moment où vous vous libérez sincèrement de toutes attentes alors vous libérez plus d’espace à la création. Cette création a besoin de vivre au delà des limitations de votre mental, ainsi une fois ces filtres tombés l’énergie bouge si librement que la création s’amplifie.

Attention, si l’abondance devient le but de votre détachement alors vous revenez au fruit de l’action et retombez dans de l’attachement !

J’espère que ce voyage au travers des Yamas vous aura éclairé et en voici un rappel: Ahimsa - la non violence, Satya - la vérité, Asteya - ne pas voler, Brahmacharya - le renoncement et Aparigraha - le non-attachement.

bottom of page