• Feriel

Idées reçues et a priori sur le yoga

En tant que professeur de yoga, je dois constamment me rappeler de ne pas me laisser emporter par les attentes et a priori que notre société, bien trop souvent basée sur l'image et l'apparence, nous renvoie du yoga. En effet, là où les réseaux sociaux prennent une place importante dans nos vies, il est facile de se décourager et de se sous-estimer face à ce qu'est ou n'est pas le yoga.

Veuillez trouver ci-dessous quelques idées reçues sur le yoga que j'ai pris la peine de rectifier.


  • Pas besoin d'être souple pour pratiquer le yoga

Je ne compte plus le nombre de fois où j'ai entendu "Oh non, le yoga ce n'est pas pour moi, je suis raide comme un piquet". Eh bien, permettez-moi de vous dire que si c'est l'unique raison qui vous empêche de pratiquer le yoga, vous avez alors d'autant plus besoin de yoga dans votre vie! Le yoga n'est PAS réservé aux ex-danseurs et gymnastes, bien qu'il mettra certainement à l'épreuve votre souplesse physique, il touchera aussi à votre souplesse mentale et vous apprendra à vous détacher de vos idées reçues. Lors de vos pratiques de yoga postural (asana), avant de dire «je suis flexible», il devrait y avoir «je suis aligné(e)». En effet, trouver l'alignement correct dans vos postures est plus important que d'aller toucher vos pieds. Travailler avec les bons alignements en plaçant vos articulations et vos membres dans des positions appropriées à votre corps, vous évitera des blessures et optimisera votre endurance. La souplesse n'est pas un critère pour mesurer vos compétences yogiques. Le yoga n'est pas une compétition de grands écarts; c'est un chemin spirituel que vous devez vivre et ressentir de l'intérieur. Par conséquent, un yogi non-souple se présentant régulièrement à sa pratique de yoga bénéficiera tout autant des bienfaits du yoga que ses camarades souples. La qualité de votre pratique ne dépend donc pas de vos capacités physiques («Super, je peux toucher mes genoux avec ma tête») mais plutôt de vos intentions et de votre lâcher prise sur le rendu / l’apparence de vos postures.

Que vous fassiez défiler des contenus sur les comptes Instagram, les pages Facebook, les chaînes Youtube ou suite à une recherche sur Google, la plupart des résultats qui apparaîtront suite à une requête liée au yoga exposeront des yogis semi-contorsionnistes ou gymnastes. Ne laissez pas ces images vous intimider mais rappeler-vous simplement que la réalité du yoga ne concerne pas les postures en elles mêmes mais plutôt le chemin parcouru pour y arriver. Comment approchez-vous chacune des postures que vous pratiquez, dans quel état d'esprit êtes vous pendant que vous la réalisez (ou essayez de la réaliser) et que se passe-t-il en vous lorsque vous en sortez? Voici ce qui vous fera avancer sur ce chemin du yoga postural, plutôt qu'un égo à flatter en tenant un équilibre sur le bout de son nez 🙈.


  • Pas besoin de léviter pour méditer

Démystifions un peu la méditation. Certaines personnes pensent que la méditation est un "truc" de grands sages et ont tendance à ne pas s'y intéresser de plus près pensant que leur mode de vie est bien trop éloigné de celui des moines bouddhistes isolés dans leur grotte. Eh bien, laissez-moi vous dire que vous n'avez pas besoin de léviter, ni même de vous vêtir d'une robe de moine pour méditer. Et si vous ne pouvez pas empêcher vos pensées de tourner en boucle dans votre tête, ça ira aussi! Apprendre à réguler son mental n'est pas chose facile, cela prend du temps - si on avait un interrupteur ON / OFF on n'aurait peut être pas besoin de méditer. Une deuxième fausse idée à propos de la méditation est de penser qu'elle vise seulement à une relaxation profonde. Bien que la méditation vous aidera certainement à vous détendre, ce n'est pas son but final. Selon la philosophie yogique, la méditation est un outil pour vous aider à maîtriser la concentration afin d'acquérir la liberté et un état de conscience plus élevé (samadhi). Quand un enfant apprend à marcher, il parcourt un long chemin d'essais, de volonté et de concentration avant qu'un jour il soit capable de se tenir debout pendant quelques secondes peut-être avant de retomber à quatre pattes. Apprendre à méditer peut être comparé à cette experience de vie si commune et pourtant si difficile aux premiers abords . C'est un long chemin d'essais et de constants rappels de ne pas interagir avec nos pensées, ce qui nécessite volonté et concentration. Parfois, vous ferez l'expérience d'un état de méditation pendant quelques secondes seulement avant que votre puissant mental ne reprenne le dessus. Ne soyez pas découragé(e) par le pouvoir de votre mental, vous avez vaincu le pouvoir de la gravité en tant qu'enfant, alors avec patience, indulgence en vers vous même et discipline, vous parviendrez à méditer aussi!


  • La spiritualité n'est pas automatique

Autrement dit, ce n'est pas parce que vous pratiquez le yoga et méditez que vous deviendrez illuminé(e) ni même que vous deviendrez quelqu'un de spirituel. (Aie, aie, aie, mais qu'est-ce qu'elle dit ? Je croyais que le yoga était une forme de spiritualité ?!)

Tout d'abord, que signifie être quelqu'un de spirituel? Ne pas confondre "être quelqu'un de spirituel" avec "être un être spirituel". En effet, nous sommes tous des êtres spirituels (des êtres multidimensionnels), cependant pratiquer une forme de spiritualité est un choix et celui-ci nous amènera à la réalité de notre être. Pour moi, la spiritualité est l'expansion de notre conscience ou amener l'inconscient au conscient. Par conséquent, être une personne spirituelle signifierait que vous êtes sur un chemin vers un état de conscience plus élevée, mais cela n'est que ma compréhension de la spiritualité; à vous de créer votre propre version et définition. La spiritualité étant quelque chose de personnel, c'est à vous de trouver ce qu'elle évoque en vous. Cela étant dit "se cacher" derrière une jolie posture, en prenant la position de méditation du lotus par exemple, ne vous rend pas pour autant spirituel. Il ne s'agit pas de l'image de vous-même que vous envoyez au monde, mais plutôt de votre objectif et de vos intentions. L'essence du yoga est bel et bien un chemin spirituel, il s'agit d'un voyage intérieur de transformation comme je l'ai décrit un autre article, ici. Cependant, il y a autant de raisons de pratiquer le yoga qu'il n'y a de pratiquants, alors demandez-vous, pourquoi vous pratiquez le yoga ? Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, mais il peut y avoir des réponses spirituelles ou non.


  • Le yoga n'est pas facile

Ceci est un autre a priori assez répandu à propos du yoga. En effet, combien d'entre vous pensent ou pensaient que le yoga n'était qu'une technique de relaxation, ou que le yoga était orienté pour les personnes pas trop actives, les personnes âgées, ou même que le yoga devait être facile afin d'atteindre son objectif de plénitude ?! Cependant, je peux vous assurer que peu importe qui vous êtes et d’où vous venez, vous trouverez une certaine difficulté dans le yoga que nous pourrions qualifier de challenge, d'inconfort ou encore de gêne.

Pour moi, le yoga doit vous mettre au défi en vous sortant de votre zone de confort, pour que vous puissiez grandir et vivre une certaine transformation par le yoga. Ce "défi" peut se trouver dans votre gêne à rester immobile pendant une relaxation en savasana, à rester en équilibre sur un pied en garudasana, à trouver la force musculaire pour descendre sur vos bras en chaturanga ou encore à respirer profondément par les narines lors de pranayama. Le yoga n'est pas quelque chose que je décrirais comme facile car il ne faut pas confondre une pratique douce avec une pratique facile. Le yoga est souvent décrit comme un terrain d'entraînement à la vie, car en apprenant à gérer cette fameuse difficulté ou inconfort que vous pouvez ressentir sur votre tapis, vous serez plus apte à gérer avec sérénité les aléas de votre quotidien. Le yoga offre un tas d'outils pour se sentir mieux et vivre mieux, à la seule condition que vous soyez prêts à faire le travail que cela requiert.

  • Tous les yogis ne sont pas vegan

Revenons aux racines du yoga: le yoga est une philosophie de vie avant d'être une pratique physique. L'un des enseignements fondamentaux de cette philosophie est la non-violence (ahimsa), cette non-violence peut être appliquée à la vie d'un yogi en évitant toutes violences envers son prochain mais aussi envers les animaux, les plantes et toutes choses/objets. Ne pas être violent signifie aussi de ne pas s'autoflageller avec de constantes critiques, telles que "je suis laid(e)", "je suis gros(se)", "je suis incompétent(e), "je suis stupide", "je suis un(e) mauvais(e) père / mère / conjoint(e)", etc. Dans cette pratique quotidienne de non violence, la cruauté envers les animaux est un sujet important, ainsi de nombreux yogis sont végétariens voir même complètement végétaliens/vegan. Cependant, je ne parle pas ici de santé, ni d'avantage ou inconvenient pour l'individus incluant ou excluant les produits animaux de son alimentation, je parle simplement d'un principe de non-violence qui peut se décliner jusque dans notre assiette. Je pense qu'il est propre à chacun de s'informer et d'écouter son cœur, afin de trouver ce qui est le plus juste pour lui au jour d’aujourd’hui et sans fausse excuse. Ainsi, je vous invite à travailler à l'écrit sur les questions suivantes: qu'est-ce qui dans mon assiette fait preuve de violence pour moi ? S'agit-il de manger de la chair animale ? Ou de son procédé de fabrication ? Ou de mon attitudes / manque de reconnaissance envers cette nourriture ? Ou les contraintes environnementales liées à ce que je mange ? Ou bien rien de tout ça ? Ou peut-être tout ça ? Ou encore autre chose ? Ceci est un très bon exercice afin de voir comment vous souhaitez appliquer ce principe yogique de non-violence à vos assiettes et peut-être entrainer de nouvelles façons de consommer.

  • Il n'y a pas de case spécifique pour le yoga

Combien de fois, j'ai entendu des comparaisons trop hâtives sur ce qu'était ou non le yoga. Il y a beaucoup trop de styles différents de yoga et / ou d'hybridations (probablement des centaines) pour pouvoir tous les connaitre. Pour n'en nommer que quelques-uns, vous avez le Hatha yoga, Vinyasa yoga, Ashtanga yoga, Yoga Nidra, Yin yoga, yoga Therapy, Forest yoga, Rocket yoga, Sivananda yoga, Kundalini yoga, Iyengar yoga, Acro yoga, etc; qui sont tous différents les uns des autres. De plus, il peut y avoir de nombreuses techniques et disciplines dans chaque style, que vous pourriez ou non être amené à pratiquer lors d'un cours, telles que des exercices de respiration (pranayama), des chants de mantras (kirtan), des pratiques de purification (kriya), de la méditation, des séances d'écoute sur la philosophie du yoga (satsang), etc. En plus des styles et des diverses techniques utilisées dans un cours de yoga, il existe également des milliers de professeurs différents apportant leurs propres expériences à leurs enseignements. Lorsque vous combinez toutes ces variables, vous comprenez alors à quel point chaque cours de yoga peut être unique et different de celui du voisin. Soyez ouvert et ne jugez pas la pratique de quelqu'un si elle est différente de la vôtre. L'une n'étant pas forcement plus yogique que l'autre. A vous de trouver le style et professeur qui vous parlent le plus. Peu importe depuis combien de temps un enseignant enseigne le yoga ou quel style il / elle pratique, ce qu'il / elle a à partager donnera une toute nouvelle tournure à votre définition du yoga.


Merci pour votre temps et à bientôt.

Namaste